La musique est la poésie destinée au plus grand nombre. Un des débats les plus vifs qui se pose souvent est : la musique est-elle une activité éventuellement génératrice de revenus comme la boulangerie ou est-ce une expression artistique. Cette dernière étant, par essence, détachée de toutes les contingences de rentabilité ? Ce débat fait rage depuis l’époque classique et n’a jamais pu être tranché !

Mais, pour résumer sommairement la musique, elle consiste à transmettre des émotions et des messages en alternant des sons et des silences. Quelques ingrédients sont indispensables pour qu’il y ait musique. Il s’agit notamment :

  • Du rythme : décrivant les multiples mélanges des sons pendant une période donnée,
  • De la hauteur : relative aux interactions entre fréquences, nuances et timbre.

Représentations et concerts

La musique produit des créations aussi savoureuses, délicieuses et enivrantes qu’un immense gateau avec des motifs cars qui fait saliver tout bon amateur de douceurs sucrées. Dans ce cas, il s’agit d’œuvres d’art crées par des compositeurs. Quand ces œuvres sont exécutées en live, l’on parle de représentations.

Œuvre musicale : le travail de l’artiste

L’examen des œuvres musicales en général permet de distinguer : d’une part, la composition musicale, produite avant son interprétation. D’autre part, l’improvisation musicale, dont la conception s’effectue au moment où le musicien joue.

L’une et l’autre de ces deux techniques respectent les règles de l’écriture musicale.

La transcription musicale consiste à adapter une œuvre sur un medium différent de celui pour lequel elle a été écrite. Par exemple, faire jouer par trois violons une chanson écrite pour trois voix humaines.

Les dimensions de la musique

La musique peut s’exprimer dans trois dimensions principales :

  • Le rythme renvoie : d’une part, à la durée des sons produits par les instruments. D’autre part, à l’intensité des sonorités en question ;
  • La mélodie désigne : en quelque sorte l’image, le sentiment qui nait dans l’esprit des personnes écoutant une œuvre dans laquelle des sons ayant des hauteurs différentes se suivent ;
  • La polyphonie : certains chercheurs utilisent le mot “harmonie” pour la désigner. C’est la superposition de couches de sons. La polyphonie permet à un même son de s’exprimer au travers d’instruments de puissance et de tonalités différentes. Les multiples sons engendrant la polyphonie sont émis au même moment ;
  • Le timbre : c’est une catégorie apparue dans la musique savante pendant le XVIe siècle. Le timbre désigne une polyphonie réalisée avec plusieurs instruments.

Les différents genres musicaux donneront la priorité à l’une ou l’autre des dimensions précédemment évoquées. Certains classent les musiques des différentes aires géographiques, selon ces dimensions, mais cette perception fait débat certains estimant qu’il est hasardeux d’estimer par exemple que toute la musique africaine est dépourvue d’harmoniques.

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *